Atelier de reflexion sur le doctorat le 11 juin 2019 a l’Universite Jean Moulin Lyon 3. Compte-rendu d’Arnaud Poublan

IMG_3622

Atelier de réflexion sur le doctorat

Compte-rendu d’Arnaud Poublan

11 juin 2019, Université Jean Moulin Lyon 3

 

Groupe de travail sur les besoins des doctorants / docteurs :

La première question, qui est arrivée dans notre discussion, a porté sur le sujet qui allait être traité : allions-nous parler des doctorant.e.s uniquement ou des docteur.e.s aussi ? Il y avait, en effet, des docteur.e.s autour de la table. Cette question est d’autant plus importante que les doctorant.e.s et docteur.e.s n’ont peut-être pas tous les mêmes besoins. En tout cas, les doctorant.e.s ont pour objectif principal de finir leur thèse, de publier. Les docteur.e.s ne sont plus dans le même état d’esprit, et cherchent quant à eux un poste.

Les doctorant.e.s se considèrent plus – ou sont considéré.e.s plus – comme des étudiant.e.s que comme des professionnel.le.s en formation ou jeunes professionnel.le.s. Ils.elles ont une carte d’étudiant.e même lorsqu’ils.elles ont un contrat de travail de 3 ans avec l’université, même lorsqu’ils sont salariés par ailleurs (En sciences biologiques, par exemple, il n’est pas autorisé de commencer le doctorat sans financement spécifique pour accomplir la thèse.). Ils.elles ont un problème de statut vis-à-vis des personnes extérieures au monde de la recherche mais aussi vis-à-vis de leurs directeurs.trices.

Après la soutenance, la question de la profession se pose avec acuité. Les docteur.e.s se retrouvent confronté.e.s au problème de la vision à court terme des politiques actuelles sur la recherche :

–       la recherche de rentabilité,

–       peu de financement de certains domaines,

–       précarité de l’emploi,

–       peu d’emplois : face aux 14.000 thèses soutenues par an (MENESR 2015), il n’y avait qu’environ 2800 postes de chercheur.se ou enseignant.e-chercheur.se en 2013…

Les docteur.e.s ont tendance à se transformer en « intermittent.te.s de la recherche » ou « chercheur.se.s ubérisé », comme a pu le dire l’un.e des personnes présent.e à l’atelier. De fait, un.e docteur.e nous a dit qu’il.elle venait d’enchaîner des CDD pendant 10 ans suite à sa thèse. Il.elle commence à voir des solutions via des missions en dehors de la France.

Autre problème soulevé est celui du cloisonnement de la recherche en France lors de la discussion : il y a un manque d’interdisciplinarité. C’est beaucoup moins le cas dans certains pays. Notamment aux Etats-Unis où on peut choisir des matières avec des majeurs et des mineurs. Or, cela pose des problèmes puisque de nombreux appels à projets obligent à faire participer des chercheurs.ses de plusieurs disciplines. Et ces appels fournissent des financements substantiels.

Un lieu, où pourraient se rencontrer des doctorant.e.s et docteur.e.s de différentes disciplines, seraient donc particulièrement utile. Ainsi, la réunion a fait apparaître deux niveaux de besoin : rendre possibles des échanges entre personnes d’une même discipline d’une part, déjà, rendre possibles des échanges entre personnes de différentes disciplines d’autre part.

Il y aurait – bien sûr – d’autres utilités envisageables à ce tiers lieu. En effet, un tel lieu pourrait servir aux associations de doctorant.e.s qui pourraient éventuellement, grâce à cette adresse physique, stocker leurs documents, leur matériel, faire des permanence… Par exemple, l’association « Les Têtes Chercheuses », qui était représentée lors de cet atelier, est utile aux doctorant.e.s grâce à ses publications et les événements qu’elle organise. Mais elle n’a pas de local à sa disposition alors que d’autres associations de doctorant.e.s en ont dans d’autres universités.

La situation semblent similaire dans d’autres associations de doctorant.e.s lyonnais.e.s. Ainsi, comment ces associations pourraient-elles dialoguer et organiser des événements ensemble si elles ne bénéficient d’aucun soutien allant dans ce sens. Le paradoxe est qu’il y a, selon les intervenant.e.s des ateliers, des lieux de travail et d’échanges dans certains laboratoires ou certaines écoles doctorales qui sont suroccupés et d’autres totalement sous-occupés. Cela dépend des configurations locales.

Mais de toute façon, de simples espaces de travail seraient insuffisants. Certain.e.s doctorant.e.s et docteur.e.s souhaiteraient un lieu ou des lieux ouverts au public. Cela permettrait de faire de la médiation scientifique qui devrait davantage être promu par l’école doctorale. Il serait alors possible de valoriser ses compétences, son CV… en complément de vidéos, blogs…

 

 

Résumé / reformulation :

Différents niveaux de besoins et ce qu’un tiers-lieu pourrait apporter :

  • besoin d’un lieu pour créer plus d’échanges entre doctorants / docteurs (= chercheurs) d’un même domaine de recherche → éviter l’isolement académique
  • besoin d’un lieu pour créer plus d’échanges entre chercheurs de différents domaines, peut-être sur des problèmes méthodologiques communs ou juste pour rencontrer des gens qui font des choses totalement différentes→ promouvoir et faciliter une vraie interdisciplinarité
  • besoin d’un lieu pour rencontrer d’autres acteurs de la recherche (privé, associations, etc..) et s’informer → construire son projet professionnel post doctorat
  • besoin d’un lieu pour faire des évènements de vulgarisation et transmettre ses connaissances au grand public → médiation scientifique
  • besoin d’un lieu (et personnes, structures) pour parler des problèmes survenant pendant le doctorat (stress, dépression, mauvaise relations avec encadrant) et moyen de les résoudre (psychiatre ? Atelier de méditation ?) → bien-être moral des doctorants
  • besoin d’un lieu pour adresse physique des différentes associations étudiantes et permanences + dialogue entre elles → animation de la vie associative doctorale

 

Post scriptum : le 2nd groupe a fait un retour sur le compte-rendu :

–       La plus grosse problématique semble être l’isolement, il faut vraiment réussir à créer plus d’échanges.

–       La deuxième problématique sur laquelle il faut travailler est celle des débouchés après le doctorat. Une personne a fait part d’expériences de recherche d’emploi, et notamment du fait d’avoir dû cacher le diplôme de doctorat sur son CV.

Plus d’info ici :

https://docdoorblog.wordpress.com/2019/06/05/contribution-de-dr-mathieu-fusi-a-latelier-de-reflexion-sur-le-doctorat-le-11-juin-2019-a-lyon/

https://docdoorblog.wordpress.com/2019/05/10/un-atelier-apero-dejeunatoire-brainstorming-doctoral-a-luniversite-jean-moulin-lyon-3-le-11-juin/

 

PS : De grands remerciements à toutes les personnes qui ont participé à ces deux ateliers : l’un sur les besoins des doctorant.e.s et docteur.e.s (qui fait l’objet du compte-rendu ci-dessus) et l’autre sur les besoins de la société envers ces doctorant.e.s et docteur.e.s. Voici les personnes qui ont accepté d’être citées : Nasser GABRYEL, Patrice TOUAMIN GUEZA, Arnaud POUBLAN, Damien GERVASONI, Sibil CEKMEN, Claire BROSSAUD (co-fondatrice de Coexiscience http://www.coexiscience.fr ; représentée à l’occasion par Julien), Luiza SIQUEIRA DO PRADO, Tatev SETRAKYAN (représentante de l’association Enthèse https://enthese.hypotheses.org/), Andrea WAGEMANS, Bérénice REYNAUD (présidente des Têtes chercheuses), Sandrine TOBIE (Crois/Sens), Camille MOREL (Crois/Sens), Dr Sebastien POULAIN (Doc’Door, Crois/Sens, Doctrix, Humanitudes).

Publicités

Contribution de Dr Mathieu Fusi à l’atelier de réflexion sur le doctorat le 11 juin 2019 à Lyon

Résultat de recherche d'images pour "Mathieu Fusi"

Dr Mathieu Fusi ne pouvant pas se déplacer le 11 juin à l’Université Jean Moulin Lyon 3 pour l’atelier apéro-déjeunatoire brainstorming doctoral, il nous propose une petite contribution pour lancer la discussion.

Dr Mathieu Fusi est docteur en Sciences de l’Information et de la Communication. Il a soutenue le 26-10-2018 à l’Université Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale langues, littératures et sciences humaines (Grenoble), en partenariat avec Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (Grenoble) (laboratoire) une thèse intitulée « Communication de l’État en contexte de crise financière internationale. Le cas des crises : krach boursier de 1987, crise asiatique de 1997-1998, subprimes en 2007-2008 » sous la direction de Isabelle Pailliart.

Il est aujourd’hui chercheur indépendant, travaillant sur la communication politique. Vous pouvez le suivre sur son compte twitter : https://twitter.com/fusimathieu?lang=fr

Bonne lecture !

 

Bonjour,

Je trouve votre idée d’un tiers lieux excellente, mais malheureusement je ne pourrai pas venir à votre rencontre le 11 juin.

 

Je profite donc de ce mail pour formuler quelques suggestions car j’ai pu rencontrer au cours de mon doctorat (maintenant fini) et encore aujourd’hui, des doctorants et doctorantes avec des difficultés particulières et qui ont besoin d’un soutien spécifique.

 

1° il existe de nombreux et nombreuses thésardes qui subissent un encadrement de thèse mauvais voire déplorable et qui sont des situations compliquées (perte de repère par rapport à l’avancée de la thèse, manque de conseils en méthode ou théorie, etc.). Ce tiers lieux pourrait servir à fournir un soutien proprement « scientifique » avec des formations ou des conseils en méthodologie et épistémologie (même si je sais la frilosité des profs HDR quant à cette idée de formation des doctorants et doctorantes en dehors des « clous »).

 

2° il existe (et c’est malheureusement bien trop vrai) de nombreux et nombreuses thésardes en situation de détresse psychologique, que cette dernière soit provoquée par la thèse (sentiment de l’imposteur par ex) ou maintenue par la thèse (c’est le cas des « angoissés » qui, à cause de la thèse, ne savent plus se reposer). Ce tiers lieux pourrait permettre des rencontres de soutien psychologique, que ce soit de la psychothérapie, des conseils pour gérer son stress en passant par de l’orientation vers des cures psychanalytiques (pour les cas les plus « graves »).

 

3° plus généralement, les doctorants et doctorantes qui souhaitent rencontrer la « société civile » ne savent pas comment s’y prendre et n’ont que très peu voire aucune formation pour être aidés. Bien trop souvent, la rencontre université/société civile se fait pour des raisons économiques (salon de l’emploi du docteur, déjeuner avec des représentants d’entreprise, etc.). Pourtant, certains et certaines doctorantes souhaitent échanger avec des publics non-universitaires pour des raisons politiques (la science « critique »), des raisons pratiques (mener des enquêtes de terrain), des raisons éducatives (participer au mouvement de l’éducation populaire ou simplement l’envie de transmettre un savoir).

 

J’ai conscience que ces suggestions sont larges et demanderaient par ailleurs des moyens (conséquents), mais il me semble nécessaire de prendre ces différentes difficultés en compte, au niveau du doctorat.

 

Encore bravo pour cette initiative !

 

Cordialement,

 

M. FUSI

Un atelier apéro-déjeunatoire brainstorming doctoral à l’Université Jean Moulin Lyon 3 le 11 juin

 

Université de Lyon UMR CNRS 5600 Environnement, Ville, Société

Bonjour à toutes et tous !

 

Dans l’objectif d’améliorer la vie des chercheuses et chercheurs, un projet de tiers lieux qui leur est destiné est en train de se mettre en place dans toute la France.

 

L’idée est de créer un tiers lieux qui proposeraient des services tels qu’un FabLab, des logements, des espaces de co-working, des événements de médiation des sciences et des cultures européennes… Il s’agit de créer de la mixité, des rencontres, de l’entraide, de faire naître des collaborations et de nouveaux projets à l’échelle locale, nationale, européenne ou internationale.

Ce type de lieux peut aider pour la socialisation des doctorant.e.s et docteur.e.s, notamment les doctorant.e.s et docteur.e.s en échanges européens et internationaux.

 

L’objectif est donc de créer un tel lieu à Lyon en complément des institutions déjà existantes.

 

Nous faisons partie des personnes qui travaillent à la mise en place de ce projet et nous souhaitons organiser un atelier pour identifier au mieux les besoins/idées des doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s pour co-construire ce lieu.

 

Nous avons déjà bon nombre d’idées concernant les services que nous pourrions proposer. Toutefois, par cet atelier, nous souhaiterions évaluer la pertinence de ces dernières et en trouver de nouvelles peut-être plus adaptées à vos besoins et envies.

Vous souhaitez partager vos idées ou simplement en apprendre plus sur ce projet, alors joignez-vous à nous dans cet atelier apéro-déjeunatoire brainstorming

 

Date : 11 juin 2019

Horaire : 11h00 – 13h00 pour l’atelier et 13h00-14h00 pour l’apéro-déjeunatoire.

 

Lieu :

Université Jean Moulin Lyon 3

UMR CNRS 5600 Environnement, Ville, Société

salle 307

3ème étage

18 Rue Chevreul,

69007 Lyon

 

 

Plus d’info ici :

https://docdoorblog.wordpress.com/

 

Inscription :

Le nombre de place étant limité, pouvez-vous écrire à docdoor2016@gmail.com pour vous inscrire. Merci !

N’hésitez pas à diffuser via les réseaux sociaux comme Facebook : https://www.facebook.com/docdoor1/posts/828604660837964?__xts__[0]=68.ARCAkl88xCl8P1sFR-ka8CMx9eDQVqJnhXyJ1cp-o5b4HT1ItbrWlzojbNB_tOfq0DNx2MiJEHWW_tKX7bqYqfRySupNhIYXI6NyZKc6I0FlJLWIF0-36k0X0qSJabj57AyRdzPOYrBtPU3Ik5Kq0IDcQnFiKlOCXLn8PjdkUp5Z0dMUD2HCJcnRarpF0IjGSOPZSYkfXR4Jd5lWkW1sSXGSspeoc3yy-vNj_2WNzTmd-mTLi0tSUJ8IrfPjdmromnQF9o4h0dFBBnRNJAhaTi8Uijj8pH5pO2cse9C9prd7Z0atwtGg83xCOwWHBgCyWl5xl6JRHxlT7iYi_vrDck0&__tn__=-R

A bientôt !

Camille Morel, chercheure associée au laboratoire Environnement, Ville, Société à Lyon

Dr Sebastien Poulain, chercheur associé au laboratoire Mica, Université Bordeaux Montaigne

Sandrine Tobie, entrepreneuse du bien-vivre, Crois/Sens

Un atelier apero-dinatoire brainstorming doctoral au Collège doctoral européen de l’Université de Strasbourg le 15 avril

Collège doctoral européen Université de Strasbourg 2

English below

Dans l’objectif d’améliorer la vie des doctorant.e.s et docteur.e.s, un projet de tiers lieux qui leur est destiné est en train de se mettre en place dans toute la France.

L’idée est de créer un tiers lieux qui proposeraient des services tels qu’un FabLab, des logements, des espaces de co-working, des événements de médiation des sciences et des cultures européennes… Il s’agit de créer de la mixité, des rencontres, de l’entraide, de faire naître des collaborations et de nouveaux projets à l’échelle locale, nationale, européenne ou internationale.

Ce type de lieux peut aider pour la socialisation des doctorant.e.s et docteur.e.s, notamment les doctorant.e.s et docteur.e.s en échanges européens et internationaux qui sont particulièrement nombreux à Strasbourg, la ville la plus européenne de France !

doctorat

L’objectif est donc de créer un tel lieu à Strasbourg en complément du Collège doctoral européen sur lequel nous pourrons réfléchir.

Nous faisons partie des personnes qui travaillent à la mise en place de ce projet et nous souhaitons organiser un atelier pour identifier au mieux les besoins/idées des doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s pour co-construire ce lieu.

Nous avons déjà bon nombre d’idées concernant les services que nous pourrions proposer. Toutefois, par cet atelier, nous souhaiterions évaluer la pertinence de ces dernières et en trouver de nouvelles peut-être plus adaptées à vos besoins et envies.

Vous souhaitez partager vos idées ou simplement en apprendre plus sur ce projet, alors joignez-vous à nous dans cet atelier apéro-dînatoire brainstorming  🙂

Date : 15 avril 2019

Horaire : 17h45 – 19h45

Lieu : Salle Visioconférence, Collège doctoral européen, Université de Strasbourg : 46 Boulevard de la Victoire, 67000 Strasbourg https://www.google.com/maps/place/Coll%C3%A8ge+doctoral+europ%C3%A9en/@48.5811667,7.7596596,14z/data=!4m5!3m4!1s0x0:0xe16652d809a01ae1!8m2!3d48.5811664!4d7.7684144

Collège doctoral européen Université de Strasbourg

Inscription :

Le nombre de place étant limité, pouvez-vous écrire à docdoor2016@gmail.com pour vous inscrire. Merci !

Plus d’info ici :

https://docdoorblog.wordpress.com/

Pour diffuser :

 https://www.facebook.com/docdoor1/posts/797066530658444?__xts__[0]=68.ARBBfp9tmmS6kymAx_IQB1UEH0wDrfh3WyuYOUFnK4FgIjCeNDEpLgem_e35u_6xpZVGJCpiKxxsXfcgRVrXq4AGUmdiNa3pLoaAp0nYWLPt7V12L4XVaVW7g0o7O7g4LL1azDkYp8N_q8slCLKwNDCweYC4rY6gRqpVvxfqqXbEPvIeqOKKyVdQsZc774s-abjj-ei-v6W8EmvsZXRdAFBjwm53Q4zNwCdlhbA5Yn2g33Z694dGUJ4y8c393IcwjQcfJ59PlWuuYhcdEjj31SoyKAstx9ssFk51537oeaeiN8dT47oZ11XT-8pBqdUwTFc&__tn__=-R.

A bientôt !

Dr Salima Dali, membre du comité national AEDE-France (Association Européenne de l’Enseignement) et membre du bureau de la MESA (Maison de l’Europe Strasbourg-Alsace)

Raphaël Dapzol, Doctorant en SIC – ED 519 – SHS-PE, UMR 7363 SAGE – Université de Strasbourg

Dr Sebastien Poulain, Mica, Université Bordeaux Montaigne

Anne Vicente, LIEC, Université de Lorraine

Avec les soutiens de :

An apero-dinatory workshop brainstorming doctoral at the European Doctoral College of the University of Strasbourg on April 15

In order to improve the lives of doctoral students, a third-place project for them is being set up throughout France.

The idea is to create a third place that would offer services such as a FabLab, housing, co-working spaces, science mediation events … It’s about creating diversity, meetings, mutual help, to create collaborations and new projects.

This type of place can help for the socialization of doctoral and doctoral students, especially doctoral students and doctor in international exchanges which are particularly numerous in Strasbourg, the most European city in France!

Ph.D.

The aim is therefore to create such a place in Strasbourg in addition to the European Doctoral College on which we can reflect.

We are part of the people who are working on the implementation of this project and we want to organize a workshop to best identify the needs / ideas of doctoral students and young doctors to co-build this place.

We already have many ideas about the services we could offer. However, through this workshop, we would like to evaluate the relevance of these and find new ones that may be more adapted to your needs and desires.

You want to share your ideas or simply learn more about this project, so join us in this brainstorming cocktail workshop

Date: April 15, 2019

Schedule: 5:45 pm – 7:45 pm

Place: Salle Visioconférence, European Doctoral College, University of Strasbourg, 46 Boulevard de la Victoire, 67000 Strasbourg

More information here:

https://docdoorblog.wordpress.com/

Registration:

The number of places being limited, can you write to docdoor2016@gmail.com to register. Thank you !

See you soon !

Dr. Salima DALI, member of the national committee AEDE-France (European Association of Education) and member of the office of MESA (House of Europe Strasbourg-Alsace)

Raphaël DAPZOL, PhD student in SIC – ED 519 – SHS-PE, UMR 7363 SAGE – University of Strasbourg

Dr Sebastien Poulain, Mica, Bordeaux Montaigne University

Anne Vicente, LIEC, University of Lorraine

Atelier brainstorming déjeunatoire pour améliorer la vie des chercheuses et chercheurs à Bordeaux le 14 juin !

aperitif

Dans l’objectif d’améliorer la vie des chercheuses et chercheurs, un projet de résidence qui leur est destiné est en train de se mettre en place dans toute la France.

 

L’idée est de créer des résidences qui proposeraient des services tels qu’un FabLAb, des espaces de co-working, des événements de médiation des sciences… Il s’agit de créer de la mixité, des rencontres, de l’entraide, de faire naître des collaborations et de nouveaux projets.

 

L’objectif est de créer prochainement un tel lieu à Bordeaux.

 

Nous faisons partie des personnes qui travaillent à la mise en place de ce projet et nous souhaitons organiser un atelier pour identifier au mieux les besoins/idées des doctorant-e-s et jeunes docteur-e-s pour co-construire ce lieu.

 

Nous avons déjà bon nombre d’idées concernant les services que nous pourrions proposer. Toutefois, par cet atelier, nous souhaiterions évaluer la pertinence de ces dernières et en trouver de nouvelles peut-être plus adaptées à vos besoins et envies.

Donc bienvenue dans notre atelier apéro-déjeunatoire brainstorming ! Oui, nous apporterons de quoi sustenter vos cerveaux et vos ventres (nos autres cerveaux semble-t-il !) !!!

 

Lieu : Université de Bordeaux (antenne de Bordeaux Pey Berland)

35 place Pey Berland – 33000 Bordeaux

Salle : 1L

Tram A : arrêt Hôtel de Ville

Un peu d’histoire (obligé !) : https://www.u-bordeaux.fr/Universite/L-universite-de-Bordeaux/Histoire-et-patrimoine/Bordeaux-Pey-Berland

Nous aurons le numéro de la salle prochainement.

 

Date : 14 juin 2018

Horaire : 11h – 13h

 

Inscription : Le nombre de place étant limité, pouvez-vous écrire à docdoor2016@gmail.com pour vous inscrire. Merci !

 

Plus d’infos : https://docdoorblog.wordpress.com/

 

Dans la même journée et le lendemain auront lieu les Journées d’études « Perdu-e de recherche. Les sciences sociales au risque de la médiation » coordonnées parHugo Canihac, Maylis Ferry Sophie Duchesne, Glenn Mainguy et Agnès Villechaise.

Plus d’infos ici : https://durkheim.u-bordeaux.fr/Agenda/Perdu-.e-de-recherche.-Les-sciences-sociales-au-risque-de-la-mediation

Quel programme !

 

A bientôt !

Maylis Ferry, Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux

Dr Sebastien Poulain, Mica, Université Bordeaux Montaigne

Anne Vicente, LIEC, Université de Lorraine